Pensez à faire des personnages masculins. On les aime aussi ! ♥
C'est bientôt la rentrée! Tenez vous prêt!

Partagez| .

Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Conseil des élèves

Personnalité de l'avatar : Lee Ji Eun (IU) [avatar: © Eriam]
Messages : 117
Atlantes : 155
Age : 16

MessageSujet: Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn] Ven 4 Aoû - 4:06



Boredom is the worst punishment.

Les doigts fins et blancs de la jeune femme frappaient le bureau de bois avec une régularité telle, qu’on aurait pu les confondre avec la trotteuse qui courait sur le mur entre ses grandes sœurs qui indiquaient déjà quatre heure moins le quart.  Finalement, elle se leva, dans un mouvement plus brusque qu’elle ne l’aurait voulu, trahissant ainsi le malaise qu’elle tentait de contrôler, et se força à faire quelques pas. Respirant profondément à plusieurs reprises pour tenter de se calmer, la jeune secrétaire s’approcha de la fenêtre et contempla pensivement la vaste cour qui s’offrait à elle.

La salle du conseil dans laquelle elle se trouvait se situait dans l’un des derniers niveau d’Améthyste, ce qui permettait à la chinoise d’avoir une large vue sur l’espace environnant, ainsi que sur les deux bâtiments de part et d’autre du sien, respectivement les écoles Rubis et Aigue-Marine. Lentement, ses iris sombrent parcoururent les courbes architecturales respectives des deux bâtisses, surprise une fois de plus tant par la différence de style que par l’harmonie de l’ensemble.
Shen eu un sourire nostalgique tandis que le souvenir de son arrivée pour la première fois au sein du campus lui revenait en mémoire. « C’est magique. »  Voilà ce qu’avait été la première pensée de la troisième année lorsqu’elle s’était retrouvée pour la première fois face à ce spectacle.


Sentant que la fin de journée, mêlée à la beauté du paysage et à la tiédeur ambiante, qu’une légère brise facétieuse se glissant parfois par la fenêtre venait moduler de temps à autre, la guidait lentement mais surement dans les méandres de sa mémoire, Shen se redressa du mur où elle s’était appuyé, se secoua brièvement et s’éloigna du mur de verre. La vision de la pile de document répartie sur les différents bureaux, et l’immense liste qui occupait le tableau à feutre dans un coin de la salle la ramena sur terre. Elle n’avait ni le temps de rêver, ni le temps de s’inquiéter.

Félicitant son pragmatisme qui lui avait remis les pieds sur terre, la major s’avoua à contre cœur qu’Artur avait eu raison. Ce dernier avait eu à s’occuper de la punition d’une étudiante qui avait hacké, ou essayé d’hacker –Shen devait avouer qu’elle ne s’était pas renseignée sur le sujet, n’ayant eu vent de cette information qu’assez  tard- le système de l’école, et l’avait ainsi assigné à l’aider dans ses taches du conseil. Bien que son statut au sein de l’école l’empêche de le dire, la jeune chinoise était assez admirative des compétences de cette dernière, cependant, les capacités de socialisations de la troisième année étaient telle, que malgré l’aide que la présence de la demoiselle allait apporter, elle se sentait plus à l’aise toute seule.
Mais le finlandais ne lui avait pas laissé le choix. La chinoise avait besoin d’aide, d’autant plus que le troisième membre de leur fine équipe, soit Anneliese, était absente du campus le temps des vacances.

Elle soupira tout en se mordant doucement la lèvre. La jeune femme s’assit sur un bureau, son regard obsidienne parcourant pensivement le tableau face à elle, sélectionnant les tâches qu’elle pourrait proposer à sa future aide. Shen haussa finalement les épaules, ne parvenant pas à arrêter son choix. Dans son malheur, la sa future collaboratrice pourrait au moins choisir son bourreau : répertorier dans un fichier informatique la liste des vieux livres de la bibliothèques, soigneusement faite sur papier par l’un des bibliothécaire –Shen ne revenait toujours pas qu’il ne s’en charge pas lui même : autant le directeur que les professeurs semblaient prendre le conseil des élèves pour le conseil des esclaves-, résumer les inventaires globaux des différents clubs, tout en vérifiant qu’il n’y ait aucunes demandes sortant de l’ordinaire, et archiver par mois et années les différentes demandes faites au conseil –La jeune femme les aurait volontiers brulée, mais il semblait visiblement être de leur devoir de les garder une décennie entière… et d’être capable de les ressortir à la demande des contribuable.
La chanceuse !

Et non content d’être un travail aussi inintéressant qu’agaçant, il avait également la particularité d’être extraordinairement long pour l’avantage qu’il apportait. Bien évidemment, dès que la chinoise aurait fini de remplir les divers formulaire pour l’année à venir, elle irait aider… quel était son nom déjà ?

Alors que la jeune femme commençait à se pencher, cherchant de ses yeux obsidienne le post-it où le nom et l’heure de la sentence de la jeune femme avait été prononcé, on toqua.

« Entrez ! » Répondit machinalement la jeune femme, tournant son visage vers la porte qui s’ouvrait.


© Cendre


Truth hurt because truth is real


Dernière édition par Shen Quinn le Dim 6 Aoû - 21:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Artéfactien désintéressé

Personnalité de l'avatar : Alina d'Odessa
Messages : 110
Atlantes : 311
Age : 16

MessageSujet: Re: Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn] Ven 4 Aoû - 14:47












 « Boredom is the worst punishment. »  
Quand faut y aller, faut y aller... ~




Clac, clac, clac…
Le bruit des talons de la femme brune résonnait dans le couloir vide. Lee se demandait encore comment on pouvait marcher avec ce genre d’échasses aux pieds et, dans le même temps, elle admirait l’équilibre du professeur, perchée sur ses escarpins. En la voyant, on pourrait se dire que c’est pas si terrible que ça mais la rouquine était persuadée que, dans sa tête, elle était en train de pester contre ses chaussures si distinguées. L’adolescente, elle, portait ses classiques Vans, les épaisses qui donnent l’impression que t’as les pieds tous gonflés. Non, franchement, elle ne payait pas de mine, les mains dans les poches, à côté de la femme distinguée et féminine qui l’accompagnait. Jupe droite contre short large aux bretelles pendantes, chemisier fleuri face au t-shirt homme trop large pour la frêle jeune fille qu’elle était. M’enfin, c’est pas comme si l’ukrainienne s’en souciait. Par contre, la brune ne pourra jamais faire mieux que la rousse en matière de chevelure. Et ça, Lee n’en était pas peu fière. 

Quoiqu’il en soit, le chemin se fit en silence, ce qui ne déplût pas à l’adolescente. A en voir l’air pincé de la prof, de toute façon, elle n’avait pas l’air ravie de ce qu’avait fait l’étudiante. Mais ce n’était pas la rouquine qui allait s’insurger, elle savait pertinemment qu’essayer de pirater le système informatique de l’école était contre le règlement, et même illégal tout court, et ce, bien avant qu’elle ne passe à l’acte. Ça ne l’avait pas empêchée de le faire. Eh oui, Lee faisait partie de ses adolescents agaçants qui avaient assez de présence d’esprit pour faire une connerie en connaissance de cause, et en assumer les conséquences. Aussi, elle n’avait pas vraiment bronché lorsqu’on l’avait punie, c’était normal. Mais on aurait dit que les adultes avaient un peu de mal avec ce sang-froid. Sans doute auraient-ils voulu qu’elle proteste pour avoir une raison de plus de lui gueuler dessus, ou bien qu’elle s’écrase pour satisfaire leur égo. Et bien elle n’avait rien fait de tout cela. Bon, ceci dit, elle n’était pas censée se faire prendre mais bon… Après plusieurs tentatives, il fallait bien que ça arrive. Mais ça, ils ne le savaient pas. Enfin, au final, ce qui la faisait le plus chier, c’était qu’on lui avait confisqué son matos pour un temps. Normal, diriez-vous… Oui, mais ça restait chiant et handicapant.

Mais assez parlé, enfin pensé, les deux femmes étaient arrivées devant la porte. La brune frappa de manière énergique et n’attendit même pas de réponses avant d’ouvrir la porte. En même temps, elles étaient attendues. Lee suivit la femme à l’intérieur une fois entrée, pour découvrir une salle remplie de piles de documents et de dossiers. Génial… Ça promettait d’être amusant. A cette vue, il ne serait pas étonnant que son regard excédé l’ait trahie. Cependant, celui-ci se porta bientôt sur la seule forme de vie de la pièce : une jeune femme, asiatique, qui les regardait. Alors c’était elle, qu’elle devait aider ? On lui avait sûrement dit son nom mais la rouquine n’avait sûrement pas retenu, ni même écouté, en fait. La professeure perchée sur ses talons haut prit la parole en s’adressant à l’asiat’ alors que l’ukrainienne observait la scène de son air désintéressé.
« Bonjour, mademoiselle Quinn. Je vous amène comme convenu mademoiselle Ijo… Io… » Hésita-t-elle en consultant à nouveau le petit bout de papier qu’elle tenait à la main. « Kathleen. » Termina-t-elle après un court silence que l’intéressée ne comptait absolument pas combler en la corrigeant, laissant la femme se débrouiller toute seule.

Ce n’était ni la première, ni la dernière fois qu’on écorchait son nom de famille. Par contre, un frisson parcourut son échine et une grimace déforma son visage durant une fraction de seconde lorsqu’elle entendit son nom en entier. C’est vrai que sur les listes, elle était inscrite en tant que Kathleen Iojikov… La rouquine lança un regard noir à la prof, qui ne s’en aperçut même pas, avant de toiser l’asiat’ comme pour la défier de l’appeler ainsi.
« Elle vous assistera dans vos tâches au Conseil jusqu’à nouvel ordre. » Poursuivit la brune. « Je vous laisse, j’ai encore du travail. Amusez-vous bien. » 
Elle avait prononcé la dernière phrase sans aucune conviction tout en passant le pas de la porte et la refermer sans plus attendre derrière elle, laissant les deux étudiantes dans un premier silence pesant. Lee se contentait d’observer sa nouvelle patronne mais elle ne mit pas bien longtemps à rompre le silence.
« Alors ? J’dois faire quoi ? » Demanda-t-elle subitement en balayant la salle de son regard anis.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


[HRP : Alors pour le silence de la fin, je suis pas sûre de moi mais étant donné la personnalité de Shen, je me suis dit que ça passait, n'hésite pas à me dire si jamais ça va pas (si tu avais autre chose en tête) ou si y a autre chose qui ne va pas, aussi ^^]


Selfish as well ~

©️ Cendre
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Conseil des élèves

Personnalité de l'avatar : Lee Ji Eun (IU) [avatar: © Eriam]
Messages : 117
Atlantes : 155
Age : 16

MessageSujet: Re: Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn] Dim 6 Aoû - 22:34



Boredom is the worst punishment.

Si les lèvres de Shen s’efforcèrent d’afficher un sourire poli bien que glacial, cette intention ne parvint nullement à remonter jusqu’à ses iris obsidiennes qui fusillèrent littéralement le professeur du regard.
« Merci de vous être dérangée alors que vous étiez si occupée professeur. » La remercia la chinoise sans parvenir à dissimuler son ironie, s’inclinant même légèrement comme il était coutume en Chine et en Corée où elle avait passé sa jeunesse pour ajouter une touche de sarcasme. Mais la brune ne releva pas, et disparut rapidement derrière la porte accompagnée par le bruit régulier de ses talons sur le parquet du couloir.

A peine la porte refermée, la troisième année ne pu retenir un léger sifflement d’agacement, tout en jetant un nouveau regard noir à la porte comme si l’enseignante risquait d’apparaître à tout instant. En effet, les mois d’étés devaient être épuisants pour les professeurs, qui se relayaient pour assurer quelques cours de rattrapage ainsi que la surveillance des étudiants restant sur le campus pendant les vacances, d’autant plus quand on apercevait le bronzage parfait de son décolleté fleurit. Heureusement que pendant leurs temps libre ces derniers se sacrifiaient à pour trouver comment les distraire !

Shen prit finalement sur elle, et souffla longuement, comme si cela allait l’aider de se débarrasser de tout cet agacement, rivant ensuite ses iris sombre sur sa nouvelle aide. Imitant la rouquine, la secrétaire détailla cette dernière plusieurs secondes, ce qui lui permettait en même de temps de réfléchir à comment trouver un moyen d’amorcer le début d’une contestation, sachant pertinemment qu’elle ne pouvait compter ni sur sa sociabilité naturel, ni sur son tact merveilleux pour faire le travail.
Coup de chance pour la demoiselle, ce fut la nouvelle arrivant qui entama la conversation.

« Viens voir, répondit la chinoise en lui faisant signe de s’approcher de l’un des bureaux des membres du conseil. »

Il s’agissait du bureau de Clément, qui n’avait sans doute jamais utilisé le meuble pour ses fonctions premières, mais d’avantage comme atelier de sculpture sur bois ou autre idée saugrenue dans le genre qui lui passaient pas la tête dix fois par jours. Bien que le jeune homme soit en réalité moins feignant et négligeant qu’il n’y paraissait, il se faisait un devoir de ne jamais participer à la paperasse du conseil, si bien qu’une bonne moitié de son bureau servait de table d’appoint.

Dégageant tant bien que mal une place pour la dénommée Katheleen, Shen lui fit signe de s’installer tandis qu’elle allait chercher un large dossier sur le bureau d’en face.

« Ce sont les formulaires de demande de fournitures des différents clubs. Expliqua la secrétaire en dévoilant une liasse d’une quarantaine de feuille agrafés en petits paquets. Elle ne pu retenir un soupir, désolé de lui demander une tâche aussi stupide que cette dernière, mais la chinoise avait du apprendre en entrant au conseil des élèves, que si la pluparts des choses peuvent se faire facilement, beaucoup choisissent de toujours faire compliqué.Si tu pouvais lister par club le matériel qu’ils demandent et le budget estimé, ça serait super. »

La jeune femme s’assura que sa nouvelle compagne de bagne n’ait pas de question avant de rejoindre son propre bureau, et de s’asseoir avec une légère grimace. Elle s’était gravement blessée en ayant à combattre un troll près d’un mois plus tôt, à tel point qu’elle avait craint devoir passer l’année en béquille, mais c’était sans compter la magie. Mais si la magie faisait des merveilles, elle ne faisait pas des miracles. La jambe de Shen était encore fragile, et la douleur se manifestait parfois par vague. Elle se passa une main lasse sur le front, avant de choisir d’utiliser sa magie pour diminuer la sensibilité de sa jambe, et ainsi la sensation de douleur. C’était une manière assez dangereuse, mais assez utile d’utiliser son pouvoir dans des situations où l’on n’avait pas d’autre choix que de continuer. Mais dans la salle du conseil, la jeune femme ne risquait pas grand chose.

La chinoise s’attaqua donc à finir les divers formulaire qu’elle avait à remplir sur le vieil ordinateur portable que lui avait refourgué à son entrée au conseil en attendant qu’on lui concède un plus performant. C’était d’autant plus surprenant que comme chaque élève, elle avait un ordinateur fournit par le campus datant de sa première année, comme si le directeur ne pouvait pas en commander six de plus, ou même seulement trois pour le conseil chaque année.

Elle soupira et se remit à son travail, jetant parfois des regards à la rouquine pour voir si elle s’en sortait. La chinoise arriva finalement au bout de ses formulaires avec un soupir de soulagement. Après quelques secondes d’hésitation, aussi utilisées à rassembler son courage, la demoiselle se leva et s’approcha du bureau un peu plus loin :
« Alors, tu t’en sors ? »


© Cendre


[HRP: j'espère que je laisse assez de liberté à Lee, et si tu trouve que la fin de ma rep ne te laisse pas d'opportunité, je peux éditer.]


Truth hurt because truth is real
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Artéfactien désintéressé

Personnalité de l'avatar : Alina d'Odessa
Messages : 110
Atlantes : 311
Age : 16

MessageSujet: Re: Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn] Lun 7 Aoû - 21:09















 « Boredom is the worst punishment »
Qui ne tente rien n'a rien ~


Lee n’a pu retenir les coins de ses lèvres qui se relevèrent en un sourire ironique et amusé à la réplique de l’asiatique. Apparemment, elle n’était pas étrangère aux pensées de la rouquine. En tous cas, ce qui est sûr, c’est que la prof ne fit aucun état d’âme de ces mots. Franchement, la secrétaire avait eu du culot, la brune aurait pu lui faire une scène. Iojikov admirait cela et… Ça l’amusait. Sa réaction était amusante, elle avait l’air amusante.

En tous cas, l’ukrainienne obéit sans se faire prier lorsque la brune lui demanda de s’approcher. Elle n’était pas vraiment en position de négocier, de toute façon. Si ça n’avait tenu qu’à elle, elle se tiendrait très loin d’ici mais bon… Voilà ce qui arrivait quand on n’était pas assez doué pour hacker le système du campus sans se faire prendre. Enfin. Il fallait bien qu’elle se trompe un jour. C’est en faisant des erreurs et en se relevant qu’on évoluait. Et ça, Lee le savait très bien. Donc, pour le moment, elle se contenterait de traiter de la paperasse.

Mademoiselle Quinn lui fit signe de s’asseoir au bureau qu’elle lui présenta après lui avoir fait une petite place -parce que ce n’était clairement pas un modèle de propreté mais bon, c’est pas ça qui allait gêner l’adolescente- et Lee obtempéra. Enfin, il aurait été une erreur de dire qu’elle s’était assise, elle s’était plutôt… Affalée, laissée tomber sur le siège, sans sortir les mains de ses poches, d’ailleurs. Le dos appuyé sur le dossier dans une la position de l’ado de base -oui, c’était cliché et non, elle ne s’en cachait pas-, elle attendit patiemment que l’asiatique revienne, ce que celle-ci fit, accompagnée d’un gros paquet de feuilles. Lee sentait déjà l’arnaque venir… Et l’ennui, et la prise de tête en prime. Génial. Elle ne put réprimer un léger soupir lorsque sa patronne lui expliqua ce qu’elle devait faire. Est-ce que c’était bien utile ? Est-ce que les membres du conseil passaient leurs journées à faire ce genre de trucs ? Si oui, elle les plaignait vraiment… Ceci dit, l’ukrainienne était reconnaissante à la jeune fille d’être aussi synthétique. Déjà qu’elle n’avait pas envie d’être là, le pire aurait été de tomber sur une pipelette qui aurait épiloguer le moindre de ses mots.
« Ok… » Se contenta-t-elle de répondre en hochant la tête.

La rousse se redressa donc, quand même, pour se pencher au-dessus des feuilles et commencer à « lister », pendant que Quinn retournait à son propre travail… Sur un ordinateur. Alors certes, il n’avait pas l’air tout récent mais à présent, Lee était toujours plus à l’aise avec les outils électronique. Elle aurait largement préféré s’occuper de n’importe quoi d’autre tant que c’était sur l’ordinateur, seulement, elle était ici car on l’avait choppée à pirater le système. Ils n’étaient pas fous, on avait sûrement dit à l’asiatique qu’elle n’avait pas le droit de toucher un ordi, de près ou de loin, jusqu’à la fin de sa sanction. Ce n’était d’ailleurs pas pour rien qu’on avait confisqué le sien et tout son matos. Rhaaa… Quelle galère. Un nouveau soupir s’échappa de ses lèvres rosées mais elle se remit vite au travail. Cependant, à entendre sa camarade de galère, l’une n’était pas plus enthousiaste que l’autre d’être ici. Au moins quelque chose qu’elles avaient en commun. En tous cas, c’est sûr que ça mettait de l’ambiance.

Le temps passa durant lequel le silence restait de marbre dans la pièce, seulement brisé parfois par le bruit du crayon de Lee sur sa feuille ou les touches du clavier d’ordinateur enfoncées par la jeune asiatique. La rouquine n’était pas sûre de la quantité de travail qu’elle avait déjà achevé lorsque sa camarade rompit le silence en élevant sa voix et c’est là qu’en relevant la tête, l’ukrainienne s’aperçut qu’elle s’était approchée.
« Alors, tu t’en sors ? »
Lee se redressa donc et s’étira un coup, en baillant, avant de répondre en lui montrant ce qu’elle avait déjà fait.
« Ça va, ça va… Jette un œil, si tu veux. »
Honnêtement, elle n’avait pas envie qu’une fois qu’elle ait terminé, l’asiatique ne lui dise de tout recommencer parce que ce n’était pas comme ça qu’il fallait faire. Après tout, c’est pas comme si elle avait l’habitude de faire ce genre de choses. Enfin, elle ne s’inquiétait pas mais vu qu’elle lui avait demandé, autant avoir son avis. Seulement, ce dont l’adolescente ne se rendait pas compte, et elle ne s’en rendrait peut-être jamais compte, c’était son écriture illisible. Souvent, on se demandait comment elle faisait pour se relire. Mais les faits étant ce qu’ils sont, elle y arrivait, à la grande surprise de ses camarades et professeurs -qui, sans doute, devait se plaindre lorsqu’ils avaient une de ses copies à corriger, et à raison-. En soi, même si on lui avait déjà dit, Lee ne trouvait pas son écriture si illisible, puisqu’elle arrivait à se relire. Du coup, elle ne faisait pas attention, ni aucun effort pour l’arranger, au grand damne de son entourage.

La rouquine passa ses mains derrière la tête pour se gratter machinalement à la base du crâne.
« Honnêtement, je sais que je suis pas en position d’imposer quoi que ce soit mais t’aurais pas un truc plus passionnant à faire ? C’est vraiment chiant à mourir, ce truc… » Fit-elle d’une voix ennuyée.
M’enfin, elle ne s’attendait pas vraiment à ce que sa requête soit entendue. Seulement, qui ne tente rien n’a rien.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Selfish as well ~

©️ Cendre
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Conseil des élèves

Personnalité de l'avatar : Lee Ji Eun (IU) [avatar: © Eriam]
Messages : 117
Atlantes : 155
Age : 16

MessageSujet: Re: Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn] Jeu 10 Aoû - 16:50



Boredom is the worst punishment.

Shen ne pouvait pas vraiment se targuer d’avoir une belle écriture, minuscules pattes de mouches très pointues, ramassées les unes sur les autres comme si la jeune femme avait pour but de caser le plus de mots sur une seule ligne. Cependant, son tracé était soigneux et régulier, et des phrases claire, ce qui la rendait finalement assez agréable à lire.

Mais ce n’était rien comparé à la rouquine. Runes, hiéroglyphes ou dessins abstrait, la chinoise devait se concentrer pour retrouver une lettre de son alphabet au milieu de tout ça, et pire encore pour discerner un mot complet.

« Mhh hum. » Acquiesça-t-elle en dissimulant sa surprise, laissant dévier son regard, et se reculant légèrement, de peur que son profond manque de tact ne souhaite encore intervenir en faisant un commentaire sur la calligraphie de son aide.
Cependant, une chose était clair, il ne servait à rien de la laisser a cette tache, puisqu’il serait sans doute plus long d’essayer de relire les notes qu’elle prenait que de recommencer de zéro.


En toute sincérité, si ça n’avait tenue qu’à elle, Shen aurait invité la jeune femme à s’en aller une dizaine de minutes après le départ de la professeur. Bien qu’elle soit continuellement assommée autant par la quantité, que part l’inintérêt assez impressionnant des taches en elles même, travailler seule ne la dérangeait pas, et elle était assez mal à l’aise dans le rôle de la chef autoritaire. Mais Artur le lui avait demandé, et Shen ne pouvait pas mettre l’avancer du travail du conseil en danger simplement parce qu’elle était gênée, d’autant qu’entre Clément et Eden qui disparaissaient toujours mystérieusement quand on passait à la paperasse, Esther qui venait quand ça l’intéressait, et Anneliese qui était rentré chez elle pour les vacances, le conseil des élèves était en effectif plus que réduit pour s’attaquer aux taches qu’on leurs avait assigné pendant les congés scolaires.
En résumé, Artur et Shen ne pouvaient guère se passer de la moindre aide, bien que la troisième année n’ait pas encore trouvée comment l’utiliser efficacement.

La jeune femme réfléchit une poignée de seconde, avant de laisser échapper un léger soupir assorti d’une grimace. En toute logique, le plus intéressant, autant au vu de ses capacités que de son écriture disons intéressante, serait de la laisser travailler sur un ordinateur. Le seul problème étant que la jeune femme –Shen devrait vraiment aller chercher ce fameux post-it avec son nom, n’ayant écouter qu’en diagonal les paroles de la professeur- avait été punie pour piratage informatique, et avait donc vu tout son matériel confisqué. Il semblait donc logique que lui proposer de travailler sur informatique n’était pas forcément conseillé, même si assez sincèrement, la jeune chinoise doutait qu’il y ait quoi que ce soit de vraiment intéressant dans les dossiers du conseil des élèves ou de l’école.


La requête de la deuxième année arrangea bien plus la secrétaire qu’elle ne voulu l’avouer. Elle grimaça cependant avant de lui répondre. Malheureusement pour toutes les deux, les tâches du conseil des élèves ne recelaient en général rien de passionnant.
« Regarde par toi même si quelque chose de tente ! Lui répondit la maeimpruden en levant un bras désolé vers le tableau de l’autre côté de la salle. Dis moi si tu trouve quelque ch… »

Elle ne termina pas sa phrase, ses iris attiré par l’écran de son ordinateur, qui clignotait étrangement, avant de s’éteindre dans un bip sonore. Shen leva un sourcil, et soupira, lâchant un « génial » las et épuisé avant de s’approcher de son bureau, et d’appuyer plusieurs fois sur la touche power dans l’espoir de le relancer. En vain.

La chinoise soupira une nouvelle fois, et se mordit la lèvre. Une solution potentielle et vraisemblable se trouvait juste à quelques mètres d’elles, mais Shen ne savait pas si elle pouvait se tourner vers elle. Pas à cause de la consigne de ne pas la laisser approcher de matériel informatique, malgré son statut de secrétaire du conseil, et son rôle de major de promotion, outrepasser les règles dans le but qui l’arrangeait. Shen ne respectait pas les règles stupides, et la majorité finissait par l’être dans une situation donnée.

Inspirant profondément, et prenant sur elle, maudissant son incompétence, l’améthyste se tourna lentement vers sa cadette.
« J’ai cru comprendre que tu t’y connaissais en informatique, commença l’asiatique, espérant ne pas faire de généralité. Il n’y avait rien de plus gênant quand on demandait de l’aide, que d’en demander a quelqu’un qui n’en avait pas la compétence. Tu sais comment résoudre le problème ? »



© Cendre


Truth hurt because truth is real
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Artéfactien désintéressé

Personnalité de l'avatar : Alina d'Odessa
Messages : 110
Atlantes : 311
Age : 16

MessageSujet: Re: Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn] Sam 12 Aoû - 20:08


















 « Boredom is the worst punishment. »
Quand faut y aller, faut y aller ~




L’asiatique eût l’air dubitative en lisant la liste que Lee avait commencé mais celle-ci n’en fit aucune forme de procès. Quoiqu’il n’allait pas, apparemment, la rouquine n’allait pas rester longtemps à cette tâche car, une fois sa question posée, la secrétaire lui désigna un tableau velleda noir de tâches à accomplir, plus inintéressantes les unes que les autres. D’ailleurs, la deuxième année avait remarqué la grimace de sa camarade de galère avant qu’elle ne lui réponde… Et la partageait.
« Regarde par toi-même si quelque chose te tente ! » L’ukrainienne n’écoutait déjà plus vraiment et essayait plutôt de déchiffrer les mots qui s’entassaient pour tenter de trouver quelque chose d’un peu intéressant, en vain… Pas parce qu’il n’y avait rien, non, ou en tous cas, elle n’en était pas certaine, mais parce que de sa place, arriver à tout lire relevait de l’exploit, même avec ses bons yeux. Elle se leva donc pour tenter une approche.
« Dis-moi si tu trouves quelque ch… » L’interruption brutale de la phrase de la chinoise détourna efficacement l’attention de l’aigue-marine qui tourna plutôt la tête vers cette dernière, un air interrogateur sur le visage afin de savoir ce qui n’allait pas. C’est en suivant le regard puis le mouvement de la secrétaire du conseil que Lee comprit assez vite ce qu’il se passait.

Alors que la brune tentait désespérément de ranimer l’ordinateur en vain, la rousse s’approcha à son tour derrière elle pour voir si ses essaies étaient concluants. Apparemment, non. Ceci dit… De plus près, pas étonnant qu’il ait rendu l’âme aussi imprévisiblement, ça avait l’air d’être une véritable antiquité. En tous cas, sa compagne de bagne n’avait pas l’air enchantée de la situation et, si la mage matérialiste ne s’en sentait pas le moins du monde concernée, elle pouvait comprendre le sentiment de la jeune fille. Ainsi, le regard anis de l’adolescente passait de la machine à sa supérieure, alors que celle-ci soupirait, se mordillait la lèvre, sûrement à la recherche d’une solution. Lee aurait pu proposer son aide, c’est vrai. C’est pas comme si elle était étrangère à ce genre de problèmes. Cependant, d’une part elle n’était pas de ce genre-là, et d’une autre, on avait sûrement fait passé la consigne comme quoi elle n’avait pas le droit de toucher, de près ou de loin, à un engin informatique jusqu’à nouvel ordre. Donc, à quoi bon ? Eh oui, la rouquine n’était pas du genre persévérant lorsque ça ne l’intéressait pas.

L’ukrainienne haussa donc les épaules l’air de dire « Dommage » avant de se détourner pour retourner à son bureau lorsque l’asiatique brisa le silence dans son dos.
« J’ai cru comprendre que tu t’y connaissais en informatique. Tu sais comment régler le problème ? »
La deuxième année s’arrêta, sans pour autant se retourner encore vers sa collègue. Elle avait « cru comprendre » ? Est-ce qu’on lui avait réellement expliqué la raison de sa présence ici ? C’était ironique, comme formulation. Si bien que la rousse ne put empêcher un sourire cynique étirer ses lèvres. Elle tourna alors la tête pour regarder la chinoise par-dessus son épaule en détaillant un peu l’expression de son visage, puis planta ses yeux vert pomme dans les noirs de la jeune fille, la scrutant.
« P’t’être bien… »
Devait-elle comprendre qu’elle avait son aval ? Sûrement… Dans ce cas, elle n’allait pas se faire prier, régler ce problème restait la chose la plus compliquée, mais la plus intéressante de toutes les autres réunies dans cette pièce. Très bien. Elle fit donc volte-face pour se diriger à nouveau vers la machine.
« Comme ça, je ne peux pas te dire grand-chose. Mais on va regarder. »

Se laissant à nouveau tomber sans retenue dans la chaise de bureau, elle manipula un peu l’engin, appuyant sur quelques touches, sans plus de résultats que sa camarde un peu plus tôt.
« Hm… On dirait que c’est quelque chose qui a grillé. L’ordi était dans quel état avant la panne ? Il y avait beaucoup de fenêtres d’ouvertes ? Des téléchargements en cours ? Des logiciels lourds en marche ? »
C’était certain, l’aigue-marine devenait bien plus bavarde lorsqu’elle parlait informatique. Normal, quand on est passionné, vous direz. Attendant les réponses de la secrétaire, Lee ne perdit pas de temps, continuant à diagnostiquer le mal de l’engin, touchant en dessous pour déceler une surchauffe, ou quoique ce soit. Finalement, elle le ferma puis le retourna avant de faire apparaître un tournevis juste de la bonne taille dans sa main droite pour retirer le cache et constater les dégâts éventuels dans les circuits, sans plus faire attention à sa camarade, trop concentrée pour ça, sauf si elle répondait à son interrogatoire.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Selfish as well ~

©️ Cendre
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Conseil des élèves

Personnalité de l'avatar : Lee Ji Eun (IU) [avatar: © Eriam]
Messages : 117
Atlantes : 155
Age : 16

MessageSujet: Re: Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn] Sam 12 Aoû - 23:51



Boredom is the worst punishment.

Shen ne pu retenir un imperceptible soupir de soulagement quand la rouquine accepta de jeter un œil à la machine. La professeur qui était passée déposer la deuxième année une vingtaine de minutes plus tôt aurait sans doute été outrée que la secrétaire du conseil outrepasse les consignes et demande l’aide à l’Aigue-Marine au lieu de contacter le service technique.
Mais ce que l’enseignante ne savait pas, c’était quoique puisse laisser penser son statut de major de promotion, doublé de celui de membre du conseil des élèves, ce n’était pas cela qui faisait de la jeune femme une élève docile et obéissante, bien au contraire. Ce que Shen avait trouvé en entrant à Améthyste, c’était la quête de la raison et de l’intelligence par le biais du concret, de l’efficace et de l’opérationnel. On ne gagnait pas une guerre en suivant bêtement les règles imposées par les autres, mais en inventant nos propres règles, et en devenant à son tour maitre du champs de bataille. Action d’éclat, ou stratégie finement définie, le seul prérequis était de connaître les règles, avant de décider de ce qu’on voulait en faire.
La seconde chose bien plus pratique que l’enseignante semblait ignorer, c’était que sur le campus d’Atlantis, comme dans toutes les autres écoles du monde entier, le service technique n’était pas un service d’urgence, qu’il était principalement aux service des professeurs, et ainsi, durant le mois d’Août, il était à l’instar de ces derniers : en vacances.

Et Shen n’avait ni le temps ni l’envie d’attendre début septembre pour signaler le problème visiblement d’assez haute importance, puis jusqu’au mois suivant pour avoir une réponse sur ce qu’elle pouvait faire de l’appareil. Elle avait du travail, beaucoup de travail, et dans ce foutu établissement, où le conseil des élèves semblait servir de bonne à tout faire, la chinoise ne pouvait pas se permettre d’attendre deux mois pour pouvoir finir ce qu’elle avait à faire.
Encore moins quand elle avait quelqu’un de compétent sous la main qui avait pour mission de l’aider.


S’écartant pour laisser à l’ukrainienne la place devant le siège, Shen ne s’éloigna cependant pas d’avantage. Pas qu’elle ne fasse pas confiance à la rouquine, bien qu’elle se soit faite pincer pour piratage informatique. A présent qu’elle la voyait assise devant elle, différents morceaux du puzzle se remettaient en place dans le cerveau fatiguée de la jeune chinoise : Kathleen Iojikov, surprise en train de pirater le système de l’école, et punie pour cette raison a devoir l’aider dans les taches du conseil. Car à vrai dire, et en toute sincérité, l’asiatique ne voyait absolument pas l’intérêt que sa cadette pourrait avoir à pirater le vieil ordinateur du conseil des élèves, qui ne contenait rien d’autre que des tonnes et des tonnes de paperasse administrative numérisé. Et si elle arrivait à faire quoi que ce soit avec ce tas de ferraille, et bien c’était une adolescente plus que douée.

« Lent, répondit finalement Shen, en s’asseyant sur le bureau, suivant les gestes de sa camarade d’infortune avec cette curiosité enfantine qui ressurgissait pas moment lorsque la troisième année découvrait un domaine qu’elle ne connaissait pas. Car malgré son apparence froide et distante, la Maeimpruden aimait apprendre plus que tout au monde. Après une légère pause elle termina, tachant d’être le plus claire et concise possible. Mais pas plus que d’habitude. Rien en cours de téléchargement, et sinon comme fenêtre d’ouverte… Traitement de texte, pdf, et sur internet : trois onglets pour remplir et envoyer des formulaire. Ah, et la boite mail, mais rien de plus. »


Continuant d’étudier avec attention les gestes de sa camarade, un sourire un brin amusé étira les lèvres de Shen quand cette dernière constata que c’était la première fois qu’elles échangeaient autant de mots depuis que la rouquine était entrée dans la salle.


Une partie de Shen lui sommait de laisser sa cadette faire ce qu’elle savait faire tranquille, et aller affronter la liste toujours aussi longue qui se tenait toujours à l’autre bout de la salle, fière et arrogante de son importance, qui s’emblait toujours s’enrichir plus vite de nouvelles taches que les membres du conseils parvenaient a en terminer.
L’autre ne souhaitait rien d’autre que ne rester là, et observer avec intérêt et curiosité croissant les faits et gestes de l’Aigue-Marine. Malgré toutes ses capacités de mémorisation, il était évident que la jeune femme n’apprendrait pas à réparer un ordinateur simplement en regardant faire la deuxième année, mais ce n’était pas nécessairement ainsi que fonctionnait le cerveau de la maeimpruden.
Pour Shen, chaque détail était important. Tant qu’elle apprenait quelque chose, comme si sa tête ne pouvait jamais être rassasier de cette intarissable soif de savoir.

« Désolée, je suis curieuse. » Marmonna doucement la jeune fille, plus pour elle même que pour sa camarade, tout en ramenant ses jambes contre elle sur la table.


© Cendre


Truth hurt because truth is real
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Artéfactien désintéressé

Personnalité de l'avatar : Alina d'Odessa
Messages : 110
Atlantes : 311
Age : 16

MessageSujet: Re: Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn] Dim 13 Aoû - 21:16


















 « Boredom is the worst punishment »
Curiosité quand tu nous tiens ~




Lee hocha la tête et haussa les épaules distraitement alors que la jeune asiatique répondait à ses questions. Ouais… En somme, rien de bien grave, enfin… Sauf pour un papy de quatre-vingt-dix ans, ce dont cet ordi devait se rapprocher à la vue des circuits et des pièces qui composaient la machine. Sûr. Elles étaient encore en l’état de fonctionner, mais elles avaient déjà quelques années dans les pattes. Au risque de se répéter, pas étonnant qu’il avait claqué si soudainement. La rouquine se mit donc à la recherche de la regrettée pièce fraîchement décédée mais à son avis, ça devait venir d’une surchauffe, elle n’aurait pas supporté. C’est à peu près à ce moment-là que la secrétaire marmonna une phrase.
« Désolée, je suis curieuse. »
A ces mots, la deuxième année stoppa ses gestes un instant pour relever les yeux vers sa camarade pour la fixer un instant, une expression indéchiffrable sur le visage. Curieuse, hein… Comme l’inconscience, ça avait ses bons et ses mauvais côtés, tout dépendait à quel point on était imprégné de ce qualificatif. L’ukrainienne s’était déjà retrouvée dans des situations où la curiosité l’aurait mise dans un sacré pétrin. Mais ce n’était pas vraiment ce à quoi elle pensait à ce moment-là. Etait-ce vraiment de la simple curiosité ? Ou est-ce qu’elle ne surveillait pas ses moindres faits et gestes à cause du motif de sa sanction ? C’était sans doute pour ça qu’elle lui avait donné son aval. Peut-être comptait-elle rester là à la surveiller pour voir si elle ne commettait aucune infraction. Si c’était le cas, la jolie rousse était désolée pour elle, mais elle perdait son temps. Oh, bien sûr, même avec une antiquité pareille, elle était capable d’obtenir quelque chose. Mais ce n’était tout simplement pas dans ses projets.

La jeune fille reporta son attention sur l’objet du problème et se remit à manipuler l’engin, gardant un instant de plus le silence.
« Tu es curieuse ou tu me surveilles ? » Finit-elle par demander, relevant un instant les yeux pour voir la réaction de sa camarade avant de les baisser aussitôt à nouveau, comme si de rien n’était. Elle n’attendait pas réellement de réponse, c’était plutôt pour voir comment elle réagirait. Elle venait de trouver la pièce défectueuse et la retira des circuits pour la lever au-dessus de sa tête, fermant un œil pour mieux observer sa composition et son état. C’était une petite pièce, pas vraiment compliquée. Elle la posa donc sur le bureau à côté de l’ordinateur et tendit un peu sa main, paume vers le haut, pour y matérialiser la même petite pièce, mais neuve cette fois, et en état de marche. Donc, elle la remplaça aussitôt avant de revisser le cache, retourner l’ordinateur et le remettre en marche. Faisant fis d’une quelconque justification que la chinoise aurait pu lui fournir à sa question, elle reprit, à propos de la machine.
« En théorie, on doit éteindre complètement un ordinateur au moins une fois par jour pour remettre les compteurs et les mémoires à zéro. Vous le faites ? »
Honnêtement, elle en doutait. S’il était lent comme l’avait affirmé l’asiatique, il y avait sûrement un gros nettoyage à faire aussi, ce que la rouquine entreprit une fois l’engin allumé et plus ou moins opérationnel.
« Je vais faire un nettoyage du système, il devrait être un peu plus rapide. »



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Selfish as well ~

©️ Cendre
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Conseil des élèves

Personnalité de l'avatar : Lee Ji Eun (IU) [avatar: © Eriam]
Messages : 117
Atlantes : 155
Age : 16

MessageSujet: Re: Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn] Lun 14 Aoû - 0:34



Boredom is the worst punishment.

A la réponse de la rouquine, le sourcil de la chinoise se leva en une expression surprise, avant de retomber pour être remplacé par un sourire sincère qui étira les lèvres de la troisième année en une expression étonnement chaleureuse.
Si sa nature réservée et son statut de secrétaire du conseil, doublée de celui de major de promotion contribuaient à lui donner une allure froide, il n’en était cependant rien. La troisième année était simplement d’un manque de tact, et d’une maladresse telle, qu’elle choisissait en général de garder le silence pour s’épargner une gaffe mémorable, ou un nouveau moment de gêne qui viendrait allonger la liste déjà bien trop longue à son goût d’évènement du genre. Et ajoutez cela à la beauté pourtant évidente de la maeimpruden, qu’elle était pourtant la seule à ne pas avoir conscience, et vous aurez une idée de la place et des rumeurs qui couraient habituellement sur Shen dans les couloirs du campus.

Car elle, contrairement au sympathique Eden, à la dure Anneliese, au surprenant Clément, au pragmatique Artur, ou à la déjantée présidente, elle n’avait strictement aucune compétence dans le sociale, et c’était bien d’avantage son efficacité et son intelligence qui l’avaient élue au poste de secrétaire du conseil des élèves.



Un éclat de rire s’échappa des lèvres de la chinoise, qu’elle étouffa d’une main avant de répondre d’un ton sérieux, mais néanmoins vaguement moqueur.
« J’ai autre chose à faire, déclara-t-elle en accompagnant ses mots d’un geste en direction du tableau à feutre qui trainait toujours –malheureusement- à l’une des extrémités de vaste salle dédiée au travail du conseil. Elle continua en toute sincérité après un léger haussement d’épaules : D’ailleurs, si tu as hacké le système de l’école, je ne pense pas que tu ais de problème avec celui là, même si je doute qu’il y ait grand chose d’intéressant à l’intérieur. »

La chinoise avait répondu à sa cadette avec sincérité, sans parvenir à définir l’impact de ses paroles. Il ne lui semblait pas avoir manqué de tact d’une manière particulière, mais si la jeune femme pouvait trouvé d’un simple regard une faute de calcul au sein d’une longue équation, jouer avec les mots et les émotions d’elle même était quelque chose d’un tout autre niveau. Le plus hilarant dans l’histoire étant sans doute que les notes de diplomaties de la troisième année était, à l’instar de ses résultats dans les autres matières, parmi les meilleurs de sa classe.


Décidant de ne pas s’attarder sur le sujet, Shen se concentra à nouveau sur les faits et gestes de la rouquine, fascinée par l’habilité avec laquelle elle ôtait sans la moindre hésitation les pièces de l’ordinateur, avant d’extraire finalement du tout l’élément défectueux. La chinoise fut éblouit par la vitesse à laquelle sa compagne avait réussit à déterminer lequel des innombrables éléments qu’elle avait devant ses yeux était le responsable de la panne, et le fut d’autant plus quand elle vit cette dernière en matérialiser un nouveau en une poignée de seconde.

En toute sincérité, la troisième année ne savait que penser de son pouvoir. Naturellement, elle porta la main à son oreille, et caressa pensivement l’anneau d’argent qui lui servait de relique et lui permettait ainsi d’utiliser la magie. Contrairement à beaucoup, bien que maeimpruden, Shen avait toujours pu utiliser la magie, puisque d’aussi loin qu’elle se souvienne, elle avait toujours eu cette boucle d’oreille. Et puisque son pouvoir n’influençait ni le monde extérieur, ni les autres, mais uniquement ses sens à elle, la jeune femme avait mi très longtemps a comprendre que ses pouvoirs n’étaient pas la norme, et, encore aujourd’hui, elle avait bien du mal à les considérer comme un réel pouvoir, d’autant plus quand elle le comparait aux capacités des gens qui l’entouraient.
Enfin, ce n’est pas comme si l’artéfactienne pouvait y changer quelque chose.


« Quand on peut. Mais il n’est pas rare qu’on ait besoin de laisser tourner un programme avant qu’il ne se termine, et comme il est lent… et bien on le laisse tourner pendant la nuit. »

Shen avait répondu machinalement à la question de la rouquine, ses iris obsidiennes rivées sur l’écran qui s’était rallumé, et qui se modifiait au rythme des touches sur lesquelles volaient les doigts de sa cadette. En toute sincérité, bien qu’elle lui ai demandé de l’aide, la chinoise n’avait pas grand espoir qu’elle puisse faire quelque chose de ce tas de ferraille. Pas quelle remette en doute les capacités de la deuxième année, mais en toute sincérité, la brune ne savait pas très bien quelles étaient ses capacités en la matière, ne s’étant absolument jamais intéressé au sujet. Et vu l’état de l’ordinateur avant son coma temporaire, sa camarade aurait très bien pu le déclarer mort sans que Shen n’en doute une seconde. Décidément, cette fille faisait des miracles.

« Et bien, je ne pensais pas que tu parviendrais à relancer cette antiquité. Déclara la secrétaire avec sincérité en penchant légèrement son visage vers l’écran. Elle fit une pause, fronçant légèrement les sourcils tandis que quelques pensées traversaient rapidement son esprit, avant de continuer : Mais si tu as des conseils pour le maintenir en vie pour la suite, je suis preneuse. Nouvelle pause. L’éteindre une fois par jour, autre chose ? »



© Cendre


Truth hurt because truth is real
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Artéfactien désintéressé

Personnalité de l'avatar : Alina d'Odessa
Messages : 110
Atlantes : 311
Age : 16

MessageSujet: Re: Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn] Mar 15 Aoû - 23:32

















 « Boredom is the worst punishment »
Done ! ~




Lee devait avouer ne pas s’attendre à ce que la chinoise se mette à rire comme ça. Mais elle ne fit aucun commentaire. Lorsqu’elle lui expliqua qu’elle avait autre chose à faire, la rouquine ne comprit pas vraiment. Elle avait tout ce qu’elle lui désignait à faire mais elle restait plantée là à la regarder ? Ça n’avait pas vraiment de sens… Mais là encore, elle ne dit rien. Enfin… Elle fit donc ce qu’elle avait à faire, pianotant sur le clavier avec une rapidité assez rare, faisant une vérification basique de l’état de la machine. Franchement, malgré le fait que ça ne faisait que quelques heures qu’on l’avait privée de son propre ordinateur, l’ukrainienne dût avouer que la sensation de ses doigts sur les touches lui avait manquée, plus qu’elle ne l’aurait voulu. Enfin, c’était sûrement psychologique parce qu’elle savait qu’elle ne pourrait plus en toucher un avant un moment, mais c’était bel et bien là.
« Et bien, je ne pensais pas que tu parviendrais à relancer cette antiquité. »
Ces paroles apportèrent plus de satisfaction à la deuxième année qu’elle n’aurait voulu le faire croire, si bien qu’un petit sourire fier étira ses lèvres fines un instant. Malgré le fait que la rouquine n’en avait pas l’air, elle avait tout de même un certain égo à satisfaire. Il était vrai que ça pouvait paraître impressionnant. Après tout, ça ne faisait qu’un an qu’elle se passionnait pour ce domaine, cela semblait improbable qu’on puisse apprendre autant que ce qu’elle avait appris en un an. Et pourtant, c’est ce qu’elle avait fait. N’ayant ni amis, ni famille à qui rendre visite, ni une quelconque autre passion ou un quelconque autre passe-temps auquel consacrer du temps -à part le combat et le sport-, elle passait tout son temps libre à coder, programmer, et manipuler ses machines informatiques, d’où tout le savoir-faire qu’elle avait acquis. Et elle n’en était pas peu fière.

Ça faisait longtemps qu’elle n’avait pas été passionnée par quelque chose. Dans la rue, il n’y avait pas grand-chose à faire à part survivre et avant… Avant elle était si pauvre que les moyens ne lui permettaient pas vraiment de s’adonner à de réelles passions, à part l’école pour laquelle son père travaillait dur. Ah, oui, il y avait bien sa soufflerie où elle allait régulièrement lorsqu’elle fût assez grande et où elle s’amusait à créer toutes sortes de bibelots mais autrement… A cette pensée, elle fit machinalement tourner l’anneau en verre autour de son doigt avec son pouce, la première création qu’elle put faire toute seule. C’était tout de même de beaux souvenirs…

Alors qu’elle terminait le nettoyage, elle retira les mains du clavier, un peu déçue de devoir le quitter maintenant, regrettant déjà la sensation du pianotage de ses doigts fins. La jeune asiatique venait de lui demander comment entretenir le vieil ordinateur, mis à part en l’éteignant tous les jours. Lee se mit à réfléchir en se laissant retomber sur le dossier de la chaise.
« Alors… Il faudrait faire un nettoyage régulièrement, genre toutes les semaines, bien le laisser sur des surfaces planes et dures pour ne pas que les circuits se déforment à l’intérieur, surveiller qu’il ne surchauffe pas… Donc pas lancer 36 programmes en même temps, bien sûr… » Elle fit une pause, réfléchissant encore un peu. « Et je crois que c’est tout. » Termina-t-elle en se levant finalement de la chaise dans laquelle elle était affalée. Elle était confortable, mais elle n’était pas certaine de pouvoir rester plus longtemps devant cet ordinateur. Enfin, comme l’avait dit sa camarade d’infortune, elle n’aurait sûrement aucun mal à glisser un petit virus à l’intérieur pour retenter de hacker le système de l’école mais ce serait une tentative légèrement prématurée aux yeux de l’aigue-marine, surtout qu’à présent, ils avaient un coupable à désigner. Et puis, soyons sérieux deux minutes. Vu l’antiquité qu’elle avait devant elle, elle n’était pas du tout certaine qu’il tienne le coup, le bougre.
« Voilà, il est à nouveau en état de traiter toutes ces informations cruciales et si importantes. » Annonça-t-elle avec un cynisme non dissimulé.

Elle s’écarta donc pour laisser la place à la jolie brune mais aussi surtout pour parvenir à atteindre le tableau noir de tâches de ce cher Conseil des Elèves. Comme la secrétaire l’avait dit, elles avaient encore du pain sur la planche. Lisant au fur et à mesure la liste, elle penchait de plus en plus la tête sur le côté, un sourcil relevé, adressant aux écritures un regard interrogateur mais s’adressant à la maîtresse de lieux.
« Hm… Dis-moi… Archiver par mois et année les demandes faites au Conseil, c’est vraiment necessaire ? » Demanda-t-elle en finissant par se retourner vers la jeune chinoise, les bras croisés sur la poitrine, l’air toujours interrogateur avec un léger manque de sérieux.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Selfish as well ~

©️ Cendre
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Conseil des élèves

Personnalité de l'avatar : Lee Ji Eun (IU) [avatar: © Eriam]
Messages : 117
Atlantes : 155
Age : 16

MessageSujet: Re: Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn] Ven 18 Aoû - 0:42



Boredom is the worst punishment.

La jeune chinoise hocha machinalement la tête en enregistrant mentalement les diverses consignes de la rouquine. Si il y avait bien quelque chose en laquelle la troisième année pouvait se fier, c’était bel et bien en ses incroyables capacités de mémorisations ! C’était incontestablement grâce à cette capacité qu’elle avait pu conserver sa place de major de promotion deux ans de suite, tout en aidant le conseil des élèves. Et que ce soit visuel au auditif, et seules peu d’informations parvenaient à échapper à l’encyclopédie qui s’était peu a peu formée dans son cerveau au fil des années.

« Compris. » Déclara la maeimpruden tandis que ses lèvres esquissaient un  léger sourire malgré elle.



Une partie de la troisième année regrettait presque l’agilité et les connaissances de sa cadette, qui lui avait permis de régler le problème aussi rapidement, car la regarder s’activer d’une main de maitre, sans la moindre hésitation avait quelque chose de fascinant. Pour une raison qu’elle ignorait, la jeune asiatique avait toujours adorer regarder les autres pratiquer une activité manuelle. Peut être parce qu’elle n’était elle même pas très à l’aide de ses mains. Car si elle était suffisamment adroite, et surtout patiente et observatrice pour faire des croquis corrects, le seul domaine artistique dans lequel elle était douée était la musique. L’un de ses pères adoptif étant musicien professionnel, il avait rapidement insisté pour lui apprendre son instrument de prédilection : le violon, ainsi qu’à chanter un peu.
Mais depuis qu’elle avait rejoint le conseil des élèves, la jeune femme n’avait plus vraiment de temps à accorder à ses deux passions.

Toujours est-il que bien qu’elle n’oserait sans doute jamais à la deuxième année, elle admirait autant sa dextérité que ses connaissances en informatique, si bien qu’elle l’aurait regardé à l’œuvre des heures durant sans se lasser, bien que techniquement tout soit plus intéressant que le travail du conseil en ce moment.

« Et bien, merci beaucoup pour ton aide. » Déclara Shen se laissant tomber de la table, sans pouvoir s’empêcher de sourire face à la remarque de la rouquine, prenant sur elle pour ne pas aller dans son sens, sachant qu’en tant que membre du conseil, elle devait essayer de ne pas être trop dubitative quand aux taches qu’elle effectuait.


S’avançant vers son bureau pour rassembler de nouveau document, Shen releva la tête en entendant la voix de sa voix. Un sourire sarcastique sur les lèvres.
Et sa résolution de neutralité ? Elle tomba à terre et se brisa en mille morceaux, telle une biscotte couverte de confiture.

« Sincèrement ? C’est parfaitement inutile. Répondit elle sans même parvenir à retenir un sourire sarcastique. Mais comme les blaireaux en manque d’occupation courent les rues, et pourraient venir les réclamer, on doit les garder dix ans dans nos locaux. »


Elle se força a prendre une profonde inspiration pour ne pas continuer sur sa lancée, et pris sur elle pour enfuir le souvenir d’un défilé de demande inutiles et aussi couteuse en temps qu’en énergie que les élèves avaient tendance depuis quelque temps a soumettre au conseil. Episode qui l’avait particulièrement agacé, si bien qu’elle avait longtemps pensé qu’elle finirait par gifler l’un d’entre eux.

« Occupons nous de ça. » Proposa-t-elle en se dirigeant vers une porte à quelques mètres à peine du panneau d’affichage, qu’elle ouvrit avant de faire signe à la rouquine de la suivre vers le vieux canapé bordeaux un peu plus loin. Tout canapé qu’il soit, il était loti à la même enseigne que les autres meubles de la salle, soit couvert de documents en toute sorte.

La chinoise désigna a sa camarade un carton tout en se chargeant du second, et se dirigea vert l’annexe qui servait autant de réserve, que d’archive et de salle de rangement. Allumant la lumière avec son coude, elle laissa échapper un soupir.

« Restes plus qu’à trouver de la place. »



© Cendre


Truth hurt because truth is real
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Artéfactien désintéressé

Personnalité de l'avatar : Alina d'Odessa
Messages : 110
Atlantes : 311
Age : 16

MessageSujet: Re: Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn] Lun 21 Aoû - 14:18


















 « Boredom is the worst punishment »
When you are taller ~




Lee avait hoché simplement la tête aux remerciements de sa camarade. C’était rien pour elle, un jeu d’enfant. Et puis, franchement, elle n’avait pas tellement l’habitude qu’on la remercie. Mais même si là, elle l’avait fait plus pour combler son ennui qu’autre chose, il était vrai que la rouquine n’était pas réputée pour apporter son aide à autrui, il fallait l’avouer.

Lorsqu’enfin l’asiatique lui répondit que cette tâche dont elle venait de parler était complètement inutile, la rouquine n’en fût pas étonnée le moins du monde. En effet, elle avait du mal à concevoir qu’une administration puisse se farcir autant de sale boulot inutile sans rechigner. C’était peut-être là tout l’intérêt des administrations, se coltiner tout ce sale boulot inutile, justement. Oui, ça ne pouvait être que ça. A ce moment-là, l’ukrainienne se jura de ne jamais se retrouver à travailler dans ce genre de bureaux, plutôt retourner dans la rue. Là au moins, même si la nourriture se faisait rare et le danger présent, on pouvait faire ce qu’on voulait de sa vie sans que personne soit sur notre dos. Elle se jura aussi de ne plus faire d’erreur qui pourrait encore lui coûter un tel prix que de se retrouver à paperasser.

Mais alors que la Maeolitas plissait les yeux pour tenter de déchiffrer une petite inscription cachée dans un coin du tableau dans une tâche de feutre mal nettoyée, la chinoise l’interpela, ce qui lui fit tourner la tête vers elle. Elle se tenait dans l’encadrement d’une porte et lui faisait signe de la suivre, ce dont la mage ne se fit pas prier pour obtempérer. Arrivant juste derrière la jeune asiatique, elle vit alors le sofa qu’elle lui désignait, si tant est qu’on pouvait encore le nommer ainsi tant les piles de documents qui le recouvraient ne le réduisait plus qu’à l’état de meuble de rangement, comme une étagère, par exemple. Lee prit le second carton et, toujours en silence, suivit sa patronne qui la guida vers ce qu’elle déduisit être une salle d’archives ou quelque chose du genre, lorsque la lumière révéla le contenu de la pièce. Elle entra en regardant tout autour d’elle, les murs étant recouverts d’étagères métalliques toutes plus bondées de documents et de cartons les unes que les autres.
« Alors ce genre d’endroits existe encore aujourd’hui ? » Ne pût elle s’empêcher de faire remarquer, sur un ton légèrement moqueur, toujours en détaillant le bordel organisé.
En effet, avec la technologie d’aujourd’hui, la plupart du temps, les données étaient conservées informatiquement, ce qui arrangeait bien la hackeuse lorsqu’elle avait besoin de certaines desdites données. Même si elle savait, en théorie, qu’il existait encore des administrations qui continuaient à utiliser le support papier ou qui, tout simplement, conservaient des copies de leurs archives sur papier en prévision d’une éventuelle panne informatique, elle fût tout de même étonnée de constater que l’existence de ces endroits n’étaient pas que purement théorique.

En tous cas, si la secrétaire comptait trouver de la place dans tout ce foutoir… C’était pas gagné. Si l’une se mettait à chercher et l’autre s’attelait à répertorier toutes les demandes faites au Conseil, la rousse ne se risquerait pas à parier sur la rapidité de l’une des deux, mais il n’était pas impossible que la deuxième termine sa journée -ou sa semaine- avant l’autre.
« Bon, eh bien allons-y… Y a une chronologie ou un ordre à respecter ? Parce que j’en ai pas du tout l’impression… » Fit-elle en s’avançant, longeant les étagères, tout en scrutant les étiquetages de quelques cartons.

Après plusieurs minutes à déambuler parmi les allées, la deuxième année finit par trouver un petit espace entre deux cartons que l’on pouvait sûrement élargir en poussant un peu les autres et y glisser les deux boîtes.
« Je crois avoir trouvé. » Interpela-t-elle son acolyte en élevant la voix pour qu’elle puisse l’entendre à travers les rayons.
Posant son propre carton à terre, elle se hissa sur la pointe des pieds et fit un peu plus de place en poussant les piles, faisant attention que rien ne tombe. Une fois fait, elle y rangea ledit carton et, une fois que sa camarade l’eût rejointe, la détailla un instant du regard avant de jauger la hauteur de l’étagère puis de rediriger son regard anis à nouveau sur elle.
« Donne, je vais le mettre. » Proposa-t-elle en lui tendant les mains pour saisir son carton avant de mettre un pied sur la première étagère, se tenant à l’armature en fer du bras gauche, avant de monter le carton sans difficulté particulière malgré le poids qu’il pouvait faire. Sa mission achevée, elle redescendit avant de s’épousseter un peu. Ce qui était sûr, c’est que ce n’était pas le genre de pièce où on faisait régulièrement le ménage. Du moins, la poussière.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Selfish as well ~

©️ Cendre
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Conseil des élèves

Personnalité de l'avatar : Lee Ji Eun (IU) [avatar: © Eriam]
Messages : 117
Atlantes : 155
Age : 16

MessageSujet: Re: Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn] Dim 27 Aoû - 16:48



Boredom is the worst punishment.

La question de la rouquine fit sourire la chinoise qui ne répondit cependant que par un haussement d’épaule. Que pouvait elle dire ? Que malgré les fulgurants progrès de l’humanité ces dernières décennies, le conseil des élèves ne restait finalement qu’un îlot coupé du monde et des avancés scientifiques et technologique ? Que l’administration, déjà habituellement d’une incroyable efficacité, l’était d’autant plus quand il s’agissait de demandes du conseil ? Qu’à chaque fois qu’elle entrait dans la salle du conseil, elle avait l’impression de voyager dans le temps, et de se retrouver dans un vieux secrétariat de la fin du vingtième siècle ? Que si elle n’était pas certaine d’être paranoïaque, elle aurait affirmé qu’on occupait exprès le conseil des élèves pour qu’il ne s’occupe pas des tensions entre les groupes qui agitaient de plus en plus le campus.



La secrétaire siffla légèrement entre ses dents, laissant ses lèvres s’étirer en un sourire moqueur, tandis que ses iris sombres parcouraient les innombrables étagères métalliques semblant sortir d’une autre époque, qui traçaient d’étroites allées que la lumière blafarde des quelques néons poussiéreux éclairait vaguement.
« Pas du tout. » Répondit Shen avec un soupir intérieur, en songeant qu’il allait falloir qu’elle rajouter ‘ranger la salle d’archive’ sur le tableau.

Les deux artéfactiennes se séparèrent d’un commun accord, et, après avoir rehausser légèrement son carton, la chinoise se dirigea vers la gauche. Longeant les allées, laissant son regard courir sur les caisses et les cartons, parfois accompagné d’une étiquette, ou d’une annotation presque illisible semblant informer sur leur contenue, enjambant parfois un emballage, des rouleaux de vieille présentation ou des piles qui étaient tombées, ou qui n’avait pas trouvé leur place sur les étagère.

Shen poussa un long soupir, soudainement très lasse. Visiblement, il était plus que temps de ranger la salle d’archive, car dans ce qu’elle avait réussit à déchiffrer, nombre de choses n’avaient plus besoin d’être gardée, et pourraient purement et simplement être jetées. Mais elle savait également parfaitement qu’aucun des membres du conseil n’aurait le temps de le faire. Il y avait toujours plus urgent, plus important, plus grave. D’autant que pour trier et ranger correctement cette fameuse pièce, il faudrait d’abord la vider, et pour des raisons évidentes, ils ne pouvaient pas stocker ça dans la salle du conseil pendant très longtemps. Appuyant son carton contre une étagère métallique, la troisième pu ainsi libérer un de ses bras, pour se passer une main fatiguée sur le visage. Elle se demandait parfois ce qui l’avait amené à accepter la suggestion de sa professeure et de faire partie du conseil des élèves. Tous ces problèmes à régler, sur tout et pour tout le monde. Le travail qui s’entassait et s’accumulait sans que rien ne semble pouvoir en venir à bout. Et tout ça pour quoi ? Pour le titre de secrétaire du conseil. Shen s’était longtemps demandé si elle avait accepté pour nourrir son égo, avait elle besoin de reconnaissance ? Elle ne pensait pas, mais se juger sois même est loin d’être une chose aisée.


La voix de sa cadette la tira de ses pensées. Lançant un « J’arrive. » suffisamment sonore pour être audible, Shen remonta l’allée, avant de s’avancer en direction de la voix de la deuxième année, apercevant sa silhouette aisément reconnaissable à sa chevelure flamboyante.
Une fois arrivée à son niveau, elle hocha la tête d’un mouvement appréciateur. Sa camarade avait de bons yeux : quelques centimètres au dessus de sa tête, une place avait été dégagée, juste suffisante pour y glisser les deux cartons.

Alors que la chinoise cherchait des yeux un endroit où prendre appui afin de monter son fardeau, la maléolitas prit les devant en indiquant qu’elle allait s’en occuper. Acceptant avec un léger hochement de tête, Shen lui tendit son carton, observant pensivement la rouquine, sans parvenir à analyser les sentiments qui l’animaient. Evidemment, il était logique et plus simple que la plus jeune des deux, et aussi la plus grande, se charge de ranger les deux caisses, puisqu’il aurait été plus difficile pour la troisième année d’atteindre ce niveau sans la moindre aide. Mais pourtant, Shen ne pouvait s’empêcher de ressentir un étrange mélange de sentiments qu’elle ne parvenait pas vraiment a différencier. Elle était reconnaissante, bien entendu, mais elle se sentait également gênée de son incapacité, et une nouvelle fois de sa faible stature (–car bien qu’elle nage plusieurs heures par jour depuis l’enfance, et que depuis quelques mois, elle était parvenue a convaincre Esther, la présidente du conseil, en troisième année d’Aigue marine de l’apprendre a manier quelques armes, cela n’avait guère permis d’améliorer sa force physique-) , déjà pas très grande, sa silhouette frêle et son visage de poupée étaient trois facteurs qui donnait à Shen une impression de faiblesse continuelle qu’elle haïssait, avec une impuissance qui la désespérait. Mais également, bien qu’elle sache que c’était parfaitement idiot, la secrétaire du conseil des élèves était vexée. Avait elle l’air faible, et inutile à ce point, qu’elle n’aurait même pas été capable de ranger un carton ?

Shen se força à respirer profondément, et sourire légèrement à la rouquine. Elle ignorait ce que cette dernière pouvait bien penser d’elle, mais la chinoise savait que plus que tout, ce qu’elle craignait était de se mettre à dépendre de quelqu’un d’autre.

« Merci Kathleen. »


© Cendre


Truth hurt because truth is real
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Artéfactien désintéressé

Personnalité de l'avatar : Alina d'Odessa
Messages : 110
Atlantes : 311
Age : 16

MessageSujet: Re: Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn] Mer 30 Aoû - 21:04

















 « Boredom is the worst punishment »
Kathleen ou Lee ~




Lee avait l’air… Étonnamment serviable, ce jour-là. D’abord le problème d’ordinateur, maintenant le rangement du carton de sa comparse… Oui. Pour quelqu’un qui connaissait bien Lee et qui connaissait son égoïsme, cela l’aurait grandement étonné. Peut-être était-ce à cause du fait qu’elle n’avait rien d’autre à faire et qu’elle avait globalement du mal à rester en place, ou bien pour ne pas être freinée dans leur tâche, enfin, pour ce qu’il y avait à faire. Mais il fallait l’avouer, dès le premier coup d’œil, la rouquine avait déjà remarqué la faible constitution de la jeune asiatique. C’était aussi pour cela qu’elle avait proposé son aide. Quoique, elle aurait pu la laisser faire et voir si elle y arriverait toute seule mais elle en doutait fortement aussi, elle avait senti que, quoiqu’il advienne, elle devrait lui donner un coup de main. Alors autant ne pas perdre de temps. Elle était un peu comme ça. L’ukrainienne détestait perdre son temps, alors elle faisait tout pour que ça n’arrive jamais. Et elle y arrivait plutôt bien.

La jeune fille s’apprêtait à repartir en tournant le dos à sa camarade mais celle-ci éleva la voix et prononça deux mots, dont un qui fit se stopper net la deuxième année. D’abord cette prof, maintenant elle… Qu’est-ce qu’ils avaient aujourd’hui, enfin ? C’était déjà la deuxième fois ! Figée dans son mouvement, elle se retourna vivement, son regard anis ayant changé du tout au tout, donnant presque l’impression qu’il abritait deux mitraillettes chargées et prêtes à tirer, si bien qu’on aurait pu jurer voir la couleur de ses iris s’assombrir. Ses poings se serrèrent imperceptiblement.
« Je ne m’appelle pas « Kathleen ». » Cracha-t-elle alors, prononçant le dernier mot avec un dédain audible. « Je m’appelle Lee, seulement Lee. »
A vrai dire, ce n’était pas la première fois que la jeune mage s’énervait de cette façon à ce sujet. En fait, elle avait passé une bonne partie de la rentrée de sa première année à corriger ses professeurs qui ne la connaissaient pas encore. D’ailleurs, elle appréhendait un peu cette rentrée-ci aussi, même si certains la connaîtraient déjà. Mais si beaucoup savaient dans quel état ça la mettait, très peu, si ce n’était aucun, savaient pourquoi. Lee n’était pas en colère contre eux, ce n’était pas vraiment de leur faute et ils le savaient. C’était ce prénom qu’elle détestait et surtout, qu’on l’appelle ainsi.

Se ressaisissant, l’adolescente se rendit compte qu’elle avait peut-être fait un peu peur à son aînée. Si elle ne s’en préoccupait pas vraiment, elle se calme tout de même, se décrispa, ses poings se desserrèrent et son regard s’éclaircit, son expression neutre habituelle reprenant place sur son visage. Elle observa un instant sa camarade, sondant peut-être ses émotions à cet instant, à savoir si elle avait eu peur ou si elle était plutôt remontée. Elle annonça alors simplement, comme si elle ne s’était jamais emportée.
« Désolée. Juste… Je suis Lee, point barre. »
A ces mots, n’attendant même pas une quelconque réponse de sa compagne de bagne, elle tourna les talons pour sortir de la pièce.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Selfish as well ~

©️ Cendre
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn]

Revenir en haut Aller en bas

Boredom is the worst punishment. [Lee Iojikov/Shen Quinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 6 Worst Fast-Food Burgers (and What You Should Eat Instead!)
» Capitol Punishment nouveau PPV Juin 2011
» Capitol Punishment
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» The Extreme Punishment is Coming + Adversaire Mystèrieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Campus :: Améthyste :: Conseil des élèves-