Pensez à faire des personnages masculins. On les aime aussi ! ♥
C'est bientôt la rentrée! Tenez vous prêt!

Partagez| .

« Niiban me Arisu wa otonashiku, uta wo utatte fushigi no kuni. » - Daisuke Galliano

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Artéfactien intimidé

Personnalité de l'avatar : Logan Lerman
Messages : 24
Atlantes : 53
Age : 16

MessageSujet: « Niiban me Arisu wa otonashiku, uta wo utatte fushigi no kuni. » - Daisuke Galliano Ven 11 Aoû - 12:19


Daisuke Galliano
Kagiri, watashi wa kono sekai ni iru yō ni, watashi wa anata o egao ni suru tame ni watashi no chikara de zenryoku o tsukushimasu.

Pouvoir
Eeeh... Malheureusement, si notre petit Daisuke a bien quelque chose en horreur, c'est son pouvoir. Et pour cause, pour un honnête et gentil garçon comme lui, le comble était de tomber là-dessus : le pouvoir de persuasion. Il peut faire croire n'importe quoi à n'importe qui, c'est-à-dire faire admettre à la personne, alors qu'elle est encore en pleine possession de ses pensées et de ses moyens, que ce qu'il dit est vrai et, par conséquent, il peut la convaincre de lui faire faire ce qu'il veut. En clair, c'est comme s'il avançait un argument imparable qu'on ne pouvait en aucun cas réfuter. Ainsi, la personne ciblée ne pourra pas faire autrement que de le croire, d'être de son avis et ainsi, faire ce qu'il dit (s'il lui demande de faire quelque chose). Cependant, pour pouvoir se faire, il faut que Daisuke établisse un contact visuel, les yeux dans les yeux donc, à un moment donné. Egalement, pour le moment, ça ne dure que quelques secondes mais avec de l'entraînement, cela pourrait durer bien plus longtemps et une fois pleinement contrôlé, il pourrait le faire même rien que par la pensée. Sa relique est son casque audio qu'il porte toujours autour de son cou.
I.D. Carte
NOM: [Galliano] PRÉNOM: [Daisuke] ÂGE: [15 ans] DATE ET LIEU DE NAISSANCE: [16 juin 2002, Rome en Italie] NATIONALITÉ: [Italiano-japonaise] GROUPE: [Maeimpruden] RANG: [Artéfactien intimidé] ECOLE: [Rubis]  PERSONNALITE CHOISIE : [Logan Lerman]

Caractère


Daisuke est la gentillesse incarnée. Il ne voit que le meilleur chez les autres et serait incapable de souhaiter de quelqu'un qu'il souffre, d'une manière ou d'une autre.

Chaleureux et accueillant, il accepte toujours de prêter une oreille attentive aux autres, que ce soit ses amis ou non, et effectue son travail au café de la même manière, apportant entrain et bonne humeur.

Empathique, il se met constamment à la place des autres pour les comprendre et essaiera toujours de procurer réconfort et bons conseils. Sa générosité et sa serviabilité sont à toutes épreuves, le brun ne manque jamais une occasion pour proposer son aide. Par contre, cela implique également qu'il n'arrive généralement pas à refuser une proposition, pour ne pas froisser la personne, ce qui l'a parfois mis dans des situations délicates ou emporté dans de drôles d'aventures.

Cependant, derrière ce sourire adorable qu'il affiche en permanence, bien qu'il soit sincère, se cache une personne qui a, au final, peu confiance en lui.

Timide et un tantinet réservé, il peut être facilement mal à l'aise et, dans ce cas-là, devient maladroit et peut se mettre à bégayer. Son vieux toc aussi peut survenir, celui où il se met à enrouler une mèche de cheveux autour de son doigt. Il peut également le faire lorsqu'il est perdu dans ses pensées, parce qu'il est aussi un peu rêveur, mais également lorsqu'il réfléchit. Ceci dit, le première année a toujours eu du mal à se concentrer, c'est d'ailleurs de là que viennent ses difficultés à l'école, bien qu'il fasse des efforts.

D'ailleurs, il déteste causer du tort aux autres, que ce soit avec ses problèmes ou en protestant à cause d'un désaccord avec une situation. En fait, il déteste s'imposer alors, lorsqu'il s'agit de parler de lui, il préfère se taire. Il déteste également les conflits et essaiera généralement de les apaiser en conciliant les deux camps, même s'il n'y arrive pas toujours. D'ailleurs, il a un peu tendance à s'écraser devant plus fort et plus impressionnant que lui -ce qui n'est pas difficile, on en conviendra-. Par contre, lorsque ça tourne au vinaigre et que ça implique la souffrance d'autrui, il fera tout pour arrêter ça, jusqu'à élever la voix ou même s'énerver -ce qui est très très trèèèèès très rare-.

Grand indécis, il laisse souvent le choix aux autres, s'effaçant car il n'aime pas imposer son opinion ou ses préférences aux autres et, lorsqu'il doit prendre lui-même une décision importante, il ne pourra faire un choix sans demander l'avis de plusieurs personnes -s'il est souvent de bons conseils pour les autres, pour lui, c'est autre chose- et ainsi, avoir une certaine garantie de faire le bon choix. Il aura bien trop peur d'assumer les mauvaises conséquences qui en découleraient, sinon. Aussi, la prise d'initiative n'est pas son fort et il préfère généralement camper sur ses positions, jouer la sécurité.

C'est de là que doit venir son manque d'ambition flagrant. En effet, il se contente souvent de ce qu'il a, n'ayant pas vraiment de perspectives d'avenir, d'ailleurs. Ceci dit, son travail lui plait énormément, on ne le voit jamais plus épanoui et enthousiaste que là-bas, car il rend les gens heureux de cette manière, tout en se rendant utile. Peut-être a-t-il déjà trouvé sa voix, finalement.

Ah, il est également un otaku invétéré et inavoué, fan de mangas et d'animes depuis très jeune. Il n'écoute d'ailleurs presque que des musiques d'anime (et les Vocaloids, bien sûr), même s'il apprécie tous les genres de musique en général, il aime découvrir. Cependant, il a une légère fascination pour les trucs un peu morbide qu'il s'efforce de dissimuler aux yeux des autres (il y arrive très bien, d'ailleurs) car il a conscience que ce n'est pas quelque chose pour lequel on l'apprécierait.

Histoire


Pour bien comprendre l’histoire de Daisuke, il faut d’abord remonter un peu dans le temps avant sa naissance…

Yoshi Sawamura a grandi au Japon en tant que petite japonaise modèle. Elle travaillait bien à l’école du petit village traditionnel qu’elle habitait à la campagne avec ses parents. Arrivée à l’âge adulte, elle se maria avec un de ses amis d’enfance du village. De cette première union naquit une petite fille, Airi. Elle grandit dans le même village que ses parents, qui n’avaient pas voulu déménager, et avec ses grand-parents, fréquenta la même école, les mêmes rues, les mêmes festivales, les mêmes forêts, les mêmes cafés où se retrouver avec ses amies, bien élevée dans les traditions japonaises. Airi aimait sa vie là-bas, elle était calme et épanouissante.

Mais les caprices de la vie font que lorsque ta situation te satisfait, il faut qu’elle vienne tout bouleverser. Airi avait huit ans et depuis quelques mois, ça n’allait déjà plus entre ses parents. Finalement, Yoshi demanda le divorce et, obtenant la garde de sa fille, elle déménagea en ville. Cette première décision, Airi eût du mal à l’accepter. Arrachée à sa campagne chérie de cette manière, ce fut rude. Cependant, même à contrecœur, elle fit un effort dans sa nouvelle école et sa nouvelle vie pour s’intégrer. En un an, elle réussit plutôt bien et s’adapta, oubliant les aprioris qu’elle avait en arrivant. C’était sans compter que, durant la même année, Yoshi rencontra un autre homme : un européen venu en voyage d’affaire, Attilio Galliano. Un peu sur un coup de tête, il faut le dire, la jeune japonaise décida de suivre sa nouvelle conquête en Italie, une fois l’année scolaire de sa fille achevée. A vrai dire, Airi était déjà sceptique quant à l’arrivée de cet inconnu dans leur vie. Après tout, elle n’avait que neuf ans. Mais lorsque sa mère lui annonçait qu’elles partaient vivre en Europe avec lui, ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Elle se mit à réellement détester son beau-père. Seulement elle n’eût pas vraiment le choix une fois encore. Du haut de ses trois pommes, elle ne pouvait pas faire grand-chose. C’est ainsi que, un trou béant dans sa poitrine, elle vola jusqu’à Rome.

Une fois installés, Yoshi ne perdit pas de temps pour tomber une fois encore enceinte. C’est ainsi que, neuf mois plus tard, un petit bambin vit le jour, le 16 juin 2002. Du côté d’Airi, ça ne s’améliorait pas. Elle avait toujours cette immense rancœur qu’on l’ait obligée à partir et ne faisait, cette fois, aucun effort pour apprendre l’italien et s’intégrer. A l’annonce de la naissance aussi, elle ne s’était pas vraiment réjouie. Avoir un petit frère bâtard ne l’intéressait pas. Et pourtant… Une idée germa dans sa tête. Certes, il aurait du sang italien dans les veines, mais également du sang japonais -oui, Airi était très mature et réfléchie pour son âge- alors, autant en tirer le meilleur. Ainsi, le 16 juin, alors que ses parents cherchaient encore un prénom qui leur convenait pour le petit garçon, Airi proposa « Daisuke ». Elle le garda pour elle, mais cela signifiait « grande aide » en japonais. Il l’aiderait à faire entendre raison à sa mère. D’abord sceptique quant à l’origine japonaise du prénom, celle-ci finit par accepter grâce à l’approbation de son conjoint qui s’efforçait de se faire accepter par sa belle-fille.

Daisuke vit donc le jour et grandit à Rome, en Italie, dans le petit appartement de ses parents et avec sa grande sœur. Grande sœur qui, contre toute attente, s’occupait souvent, si ce n’est tout le temps, de lui. Rien d’étonnant au final, quand on connaissait ses intentions. Surtout qu’en dehors de sa mère, avec qui les relations étaient toujours tendues d’ailleurs, à qui elle pouvait parler japonais, et qui finirait tôt ou tard par la comprendre. Ça ne loupa pas d’ailleurs, Daisuke parla japonais et italien, aussi bien que l’un que l’autre, dès son plus jeune âge même si, au début, il mélangeait un peu les deux langues lorsqu’il parlait. Le petit garçon était un amour. Sage, gentil comme tout, il y avait peut-être seulement les câlins qu’il demandait un peu trop souvent au goût de sa famille et sa timidité maladive dont il faisait preuve devant les inconnus qui lui faisaient défaut. Daisuke alla à l’école maternelle, primaire… Et dans le même temps, sa sœur lui apprenait tout ce qu’elle savait sur le Japon, lui montrait ses paysages, ses festivales traditionnelles si particuliers, si bien que cela finit par devenir un véritable rêve pour le garçon : aller un jour au Japon. En vérité, cet « apprentissage » qu’Airi donnait à son frère frôlait l’endoctrinement. Elle vantait haut et fort les bienfaits du Japon et ne s’adressait à son frère qu’en Japonais, que ce soit dans n’importe quelles circonstances, dès qu’elle devait lui parler à lui, en présence d’autres personnes ou non, elle lui parlait en japonais. Ça n’a jamais dérangé Daisuke, au contraire. C’était plutôt leur mère que ça agaçait lorsqu’ils faisaient ça à table en présence d’Attilio. Et si Airi avait ce tempérament rebelle de n’en faire qu’à sa tête en ce qui concernait ses parents, Daisuke était plutôt le contraire.

Le jeune garçon passa donc une enfance somme toute normale jusqu’à ce que, finalement, il lui arrive la même chose qu’Airi. Ses parents se séparèrent bientôt, en mauvais termes, et si Attilio resta à Rome, Yoshi dût déménager avec ses enfants dans une petite ville moins chère mais ils n’allèrent pas très loin. Daisuke se mit donc à faire les navettes entre ses deux parents, tandis qu’ils vivaient du travail de sa mère et de sa grande sœur qui sortait tout juste des études mais qui économisait plutôt pour partir au Japon. Il entra au collège et même si c’était parfois un peu difficile à cause de son tempérament timide et un peu simplet, il avait un certain charisme qui faisait qu’au final, il était assez populaire grâce à sa serviabilité et sa gentillesse. Cependant, la vie n’en avait pas encore terminé avec lui… Sa mère tomba gravement malade. Une maladie dégénérative, il n’avait tout d’abord pas bien compris de quoi il retournait. Dans un premier temps, il avait Airi pour le soutenir mais rapidement, elle partit pour le Japon comme elle l’avait prévu, laissant son petit frère et sa mère. Daisuke ne lui en voulait sûrement, il savait que c’était ce qu’elle désirait le plus au monde. Son père l’aida un peu, ne pouvant pas trouver un travail à son jeune âge, et sa sœur l’aida aussi comme elle pouvait de son côté, mais tout cela était bien maigre. Heureusement que les frais médicaux n’étaient pas encore trop importants, sa mère ne pouvait juste plus travailler, sa santé se dégradant. Ils vécurent donc tous les deux dans une certaine pauvreté pendant un temps, alors que Daisuke s’efforçait de trouver de l’argent par-ci par-là.

Et puis, l’année de ses quatorze ans, il reçut une mystérieuse lettre le conviant à venir étudier dans un collège de magie. Apparemment, il avait certaines aptitudes… C’est là que son père décida de lui parler de ses origines. Daisuke possédait sûrement des pouvoirs, comme lui, même s’il ne les avait pas encore décelés, et c’était d’ailleurs pour ça que son père ne lui avait rien dit jusqu’à présent. Daisuke accepta la situation avec un certain sang-froid. Il n’avait aucune raison de douter de son père et, du même temps, de cette lettre. De toute façon, il n’avait pas le choix, à ce qu’en disait la lettre. Ce n’était pas pour lui déplaire. Manquant d’ambitions, il n’avait pas vraiment d’idées pour son avenir aussi, on avait choisi à sa place et c’était pas plus mal, pour un indécis comme lui. Et puis, ça serait sûrement amusant et intéressant, il rencontrerait plein de nouvelles personnes. C’est ainsi que Daisuke se retrouva pensionnaire au campus Atlantis. Il avait un peu de remords de laisser sa mère seule mais elle venait d’être prise en charge dans un centre. Il faudrait simplement qu’il travaille pour payer les frais, ce qu’il ne tarda pas à trouver sur l’île Atlantis, dans un petit café très sympathique en ville. En même temps, on lui apprit son pouvoir après quelques tests. D’abord stupéfait, en repensant à certaines expériences, il était vrai que parfois, les gens l’approuvaient soudainement alors qu’ils n’étaient pas d’accord deux secondes avant. Trouvant la méthode vraiment sournoise, il se mit tout de suite à détester son pouvoir, décidant de ne l’utiliser que durant les cours. Mais à présent, la rentrée approche et, même s’il avait déjà rencontré quelques personnes, l’angoisse qui était née dans son ventre ne fait que grandir de jours en jours, même s’il ne montre rien.

Through the Looking-Glass
Prénom/Pseudo: [Undertaker ou Undy pour les intimes ♥]
Âge: [19 ans, on va pas chipoter]
Comment avez vous trouvé le forum ?: [Je trainais déjà par là askip >.>]
Fréquence de connection: [Souvent pour le moment -genre tous les jours-, moins après la rentrée je pense]
Commentaire: [Guess who ? C8]
Autre: [Grmblbl.]  

© Cendre
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Mage hautain

Personnalité de l'avatar : Lucky Blue Smith
Messages : 14
Atlantes : 41
Age : 20

MessageSujet: Re: « Niiban me Arisu wa otonashiku, uta wo utatte fushigi no kuni. » - Daisuke Galliano Ven 11 Aoû - 12:22

Yayyy re bienvenuuue   (avant que les admins ne valident )
Il nous faudra un lien


Mage Hautain Nullisime en Codage 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Conseil des élèves

Personnalité de l'avatar : Lee Ji Eun (IU) [avatar: © Eriam]
Messages : 117
Atlantes : 155
Age : 18

MessageSujet: Re: « Niiban me Arisu wa otonashiku, uta wo utatte fushigi no kuni. » - Daisuke Galliano Ven 11 Aoû - 12:32

OWIIIIIII
LE DC DE LEEEEEEE


j'avoue, j'ai lu ta fiche qu'en diagonale, mais rebienvenue **
Je veux un lien aussi, oké ? **

Bisosu


Truth hurt because truth is real
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Artéfactien désintéressé

Personnalité de l'avatar : Alina d'Odessa
Messages : 111
Atlantes : 317
Age : 17

MessageSujet: Re: « Niiban me Arisu wa otonashiku, uta wo utatte fushigi no kuni. » - Daisuke Galliano Ven 11 Aoû - 12:38

Muahahaha merci mes biquets ! ♥️

Vous inquiétez pas, j'ai tout prévu ! *meurt*


Selfish as well ~

©️ Cendre
Revenir en haut Aller en bas


avatar

La Team Admin

Messages : 23
Atlantes : 2147483629
Age : 103

MessageSujet: Re: « Niiban me Arisu wa otonashiku, uta wo utatte fushigi no kuni. » - Daisuke Galliano Ven 11 Aoû - 13:53

Bienvenue Daisuke Galliano !
Fiche de validation

Félicitation

Tu es à présent Validé !
Tu seras Maeimpruden de rang Artéfactien intimidé. Ta chambre est la 03 et tu es en première année. N'hésites pas à compléter ta fiche de lien et de RP pour t'intégrer, et à poster sur celle des autres ! En cas de besoin, n'hésite pas à contacter un membre du Staff.
En espérant te compter parmi les membres actifs, et que tu t'amuses,
Alva.


© Cendre
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Artéfactien intimidé

Personnalité de l'avatar : Logan Lerman
Messages : 24
Atlantes : 53
Age : 16

MessageSujet: Re: « Niiban me Arisu wa otonashiku, uta wo utatte fushigi no kuni. » - Daisuke Galliano Ven 11 Aoû - 13:54

Thanks ! \o/ ♥
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Mage désinvolte

Personnalité de l'avatar : Oh Yeon Seo
Messages : 71
Atlantes : 72
Age : 21

MessageSujet: Re: « Niiban me Arisu wa otonashiku, uta wo utatte fushigi no kuni. » - Daisuke Galliano Ven 11 Aoû - 18:17

Mais quel personnage bien cool Cool
Félicitation pour ta validation !
Comptes sur moi pour venir te harceler sur ta fiche  Twisted Evil


Dumb

We're all mad here.
© Cendre
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité

MessageSujet: Re: « Niiban me Arisu wa otonashiku, uta wo utatte fushigi no kuni. » - Daisuke Galliano Sam 12 Aoû - 19:38

Rebienvenue à toi Lee Very Happy !

Mais...Mais dis donc ! Ils ont tout pour s'entendre nos mignons ! Smile
JE VEUX UN LIEN !!!
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Artéfactien désintéressé

Personnalité de l'avatar : Alina d'Odessa
Messages : 111
Atlantes : 317
Age : 17

MessageSujet: Re: « Niiban me Arisu wa otonashiku, uta wo utatte fushigi no kuni. » - Daisuke Galliano Sam 12 Aoû - 19:40

Merci toutes les deux ! Very Happy

Eh bien je vous attends Razz
Louise c'est déjà en cours mais Sarah, c'est par ici o/ *meurt*


Selfish as well ~

©️ Cendre
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « Niiban me Arisu wa otonashiku, uta wo utatte fushigi no kuni. » - Daisuke Galliano

Revenir en haut Aller en bas

« Niiban me Arisu wa otonashiku, uta wo utatte fushigi no kuni. » - Daisuke Galliano

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Présentation d'Arisu
» Galerie d'une Arisu !
» Une bougie dans le vent [Pv Arisu Shihôin]
» La maîtrise de son reïatsu en cinq leçons [Mentorat, pv Arisu]
» De la noblesse d'Algieba [ft. Shihôin Arisu]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Personnage :: Présentation :: Présentations validées-